janvier 2014 003

Photo: A. Trekker

Les mois ont des couleurs, les années aussi. Janvier 2014 s'est peint en rouge. Rouge sang, rouge coeur, rouge femme, rouge énergie.

Et pourtant rien ne fut simple en fin d'année 2013. Un début de sciatique dans la jambe droite, une pointe de lumbago à gauche.

Une grosse fatigue, le temps de laisser s'écouler les dernières gouttes du deuil de père. Deux ans se sont écoulés depuis le vendredi 13 janvier où son corps de vieil homme pénétra dans le fleuve.

Déjà pointait le renouveau lors de cette rencontre à Paris, chez leur fils, autour du livre "Un père cerf-volant". Le cercle des intimes et quelques rencontres nouvelles l'invitèrent à valser les mots sous la protection de la femme en rouge posée contre le mur du fond.

Le retour en Ardennes s'enroba d'un envol de mails papillons qui l'invitaient à les rejoindre.

Et puis ... une écriture à quatre mains, sur clavier, en face à face avec l'inconnu, la détacha de la chaîne qui l'entravait. Une énergie puissante l'invitait à poursuivre la route en dansant sur les pavés des jours et des semaines.

La liberté s'était imposée aussi soudaine que le retour du soleil. Elle, simplement, femme en rouge sortie de dessous la table. Elle s'était dépliée, avait grandi, s'était redressée, avait souri, puis avait ri. Elle tenait entre les mains trois fleurs sorties d'elle, deux fils et une fille. Trois livres qui écrivent la vie. Elle a terminé la lecture du Kaddish pour le père incroyant puis a senti battre le sang d'encre sous ses paumes. Ses mains ont saisi le flambeau, celui de la transmission pour le porter vers les petits qui l'attendent. La femme en rouge a marché d'un pas fluide et assuré vers l'avenir. Et ils l'ont suivie.