novembre 2014 032novembre 2014 029

Photos: A. Trekker

Traces de vie, notre association et nos éditions créées en 2004, fêtent leurs dix ans. L'occasion de publier un livre collectif "Lieux de vie et histoire habitée" qui réunit 36 auteur(e)s autour de 36 manières d'habiter les lieux, de la maison à la feuille blanche.

Pour ce qui me concerne, ce fut l'occasion de quitter Woluwe-Saint-Pierre et Bruxelles pour m'inscrire dans les grands paysages de Tellin en Ardennes et Daglan en Dordogne, entre terre et étoiles. Mon écriture, elle aussi, allait naviguer entre deux lieux, celui des essais  d'une part, et celui de l'approche autobiographique d'autre part. "Sarah sur un fil d'encre" et "Un père cerf-volant" sont venus rejoindre "La mémoire confisquée". Un nouveau tournant de vie s'annonce aujourd'hui davantage orienté vers le travail de la forme et l'esthétique comme voyage sur les routes de l'étonnement qui font se croiser, les signes d'encre, les tessitures des voix et le travail des mains.

Dix ans, cet âge ouvert à tous les désirs de vie comme l'expriment ces quelques lignes lues dans un hebdomadaire: " Dix ans. pour retrouver sa vraie jeunesse. La liberté de jouer aux cow-boys et aux indiens, les genoux dans la terre... de prendre des risques comme on prend sa bicyclette. De dévorer en douce des bibliothèques interdites. De découvrir la vie au cinéma. D'avoir les yeux qui traînent partout. De danser sous la pluie pendant que les parents déjeunent... Voilà c'est ça pour moi rajeunir. Retrouver l'entrain, la légèreté que l'on possède à dix ans. Cette grâce fragile... cette alchimie avec soi-même..." Voilà le défi, nous saisir de nos dix ans pour créer cette alchimie avec soi-même et avec les autres... dans une liberté d'être.

Une autre référence me vient. Celle extraite du petit opuscule "Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques, de la lecture et de l'imagination" écrit par Neil Gaiman, auteur britannique publié au Diable Vauvert: "Une des choses qui a mené à ce que nous sommes en tant qu'espèce humaine, c'est l'empathie, c'est réaliser que les autres sont aussi moi, qu'ils ont aussi des points de vue et que ceux-ci comptent. Et ça ne vient pas tout seul. Apprendre l'empathie aux enfants, c'est très difficile et la lecture est le meilleur moyen : c'est une machine à empathie... Lire, c'est ça : pouvoir se mettre à la place des autres".

Souffler sur nos dix bougies, c'est aussi souffler sur les les braises d'empathie pour qu'à travers la lecture et l'écriture, elles éclairent le ciel. Pour que les pieds "encrés" dans la terre, nous puissions lever les yeux vers les étoiles.

100_2022

(coordonné par Annemarie Trekker, éditions Traces de vie, Tellin, 2014)