aimer lire 007

Le voilà, tout frais paru de ce matin, arrivé de l'imprimerie avec un joli clin d'oeil de soleil. A la veille de la Saint Valentin, le voilà qui tombe bien, ce livre qui parle d'amour. De l'amour des mots, des mots écrits, des mots lus, des mots dévorés, dévorants, des mots nourriciers, des mots raison et passion, des mots qui disent les manques et ceux qui les comblent, des mots projets, des mots liens...des mots mystères qui se cachent derrière la porte de bois cloutée. Pour entrer il faut frapper, cogner quelques coups avec la poignée. Frappez, on vous ouvrira ! Voilà bien le message que contient tout livre.

Mes livres sont là en pile près de mon fauteuil préféré dans le salon, à côté de la porte fenêtre qui ouvre sur les grands paysages, là aussi dans les rayonnages qui doublent l'épaisseur des murs de pierre par des murs de papier. Partout, en bas, en haut, dans le grenier. Comment imaginer vivre sans eux ? Eux qui furent, par tout temps, promesse de réparation créative. Lisez plutôt ce qu'en dit, juste derrière la porte, Hubert Nyssen qui fut grand lecteur, écrivain et éditeur à Actes Sud : Désirer, c'est à la fois prendre conscience d'une absence et tendre vers sa résolution, c'est percevoir et agir. Or la lecture n'a pas d'autre vrai mobile. Désirer, voilà bien ce qui m'a mise au travail dans ce texte, m'allégeant au fil des lignes de la lourdeur que déposent parfois la routine des jours, la grisaille du dehors, le silence du monde. Mes doigts sur le clavier ont composé cette étrange musique des mots et le désir a resurgi de ce coin d'ombre où il s'était tapi et somnolait. Un livre pour s'éveiller, se réveiller, entrer dans la danse. Celle de la vie.

Parce que l'écriture, c'est comme une transfusion de l'essentiel. Je viens de finir la lecture du dernier ouvrage de Lionel Duroy "Echapper" et je mesure combien lire et écrire relèvent bien des questions de vie et de mort. Voici ce qu'il en écrit : Je me suis servi de mes livres pour dire des choses qui m'auraient tué si je les avais gardées secrètes. Elles ont pu tuer en retour, c'est entendu, mais je devais vivre, je devais me défendre. Nous sommes là pour vivre, c'est la seule chose à laquelle nous ne devons pas échapper. 

Qu'ajouter? Que, comme à chaque livre, j'ai envie de le partager, ce petit dernier avec tous les lectrices et lecteurs qui devraient avoir envie de le lire. Car quand on est amoureux, on a envie d'essaimer les petites étincelles qui brillent en soi. Il suffit de frapper à la porte, voici le code pour entrer: tracesdevie@hotmail.com, on vous ouvrira et on vous l'enverra, ce livre qui parle d'amour.