neige à tellin 031100_2461

Un four à pain dans le Périgord et notre maison de pierre à Tellin

la plume sur le chemin et la maison de papier100_2684

 

La pierre, la plume et l'écriture

La pierre m'a toujours semblé le socle indispensable pour ne pas m'envoler, me disperser, m'oublier, pour exister.

Je la vois comme la symbolisation de la mémoire et du signe car si elle est permanence, elle est aussi mouvance au fil de temps. Les pierres parlent, dégagent une énergie particulière, enrobent les fossiles, dérobent l'intime aux regards de passage, gardent la chaleur, protègent du froid, écartent les vents mauvais. Les pierres furent le premier support de l'écriture, des signes et de l'histoire des humains. 

La pierre est devenue mon habitacle, ma niche, ma force. Ma main a besoin de s'y poser pour se charger d'énergie et m'encrer.

La plume m'apparaît comme le complément de la pierre, elle susurre de m'alléger, de rêver, de voyager, de flotter sur les chemins d'aventure.

Je la vois comme la symbolisation du hasard, des coïncidences, des accordances car si elle est légère, elle est aussi persistance et indice sur le chemin. La plume est source d'inspiration, et lorsqu'elle se taille et trempe dans l'encre, elle mène là où l'on ne pensait pas aller. Peut-être dans l'altérité des profondeurs.

L'écriture se situe sans doute à la rencontre des deux, de la force et de la légèreté, du socle et de l'envol, de l'énergie et de la créativité.

Les maisons de pierre, l'écriture de ce livre m'a permis d'aller à la rencontre d'un cosmos intérieur et extérieur, là où le hasard se fait synchronicité, là où la pierre rencontre la plume.