100_1496

Photo: A. Trekker

Qu'est-ce qu'écrire sinon projeter sa pensée sur un support?  Signifier sa présence, percevoir son ombre qui se découpe dans le champ de  lumière. Prendre conscience de sa trace singulière, y voir le signe de son existence. Ecrire, c'est se construire page après page une maison de papier et décider de l'habiter. Rien de plus, rien de moins.

Etrangement, l'expérience montre qu'accomplir de grandes actions n'est pas plus coûteux en énergie que multiplier les petits efforts. Bien au contraire. Ecrire un livre n'est pas plus aride qu'éparpiller les pages saisies au vol des incertitudes. Mais il y a un préalable. Substituer aux interdits de penser anciens de nouvelles permissions. 

C'est en arrivant dans le Périgord, après la sortie de mon livre "Les maisons de pierre" déjà présenté en Ardenne, que je prends toute la mesure de ce travail de transformation. Si j'ai mis vingt ans à découvrir qu'il était possible de quitter ma première maison à Bruxelles pour en trouver une nouvelle, bien plus chaleureuse, je sais aujourd'hui qu'il fallait lever l'interdit de m'éloigner posé par ma mère. S'il m'a fallu seulement dix ans pour quitter cette deuxième maison et oser vivre à la campagne dans une vieille ferme, je sais aujourd'hui que la rencontre d'un personnage-clé, mon cousin Claude Berg, m'y a aidée. Ensemble, nous avons mené l'écriture d'un ouvrage autour de notre Saga familiale. Handicapé suite à un accident de cheval, il m'a montré l'exemple de l'audace et du sens de l'aventure. S'il ne m'a fallu qu'une semaine pour découvrir et tomber sous le charme de la maison du Périgord où nous vivons une partie de l'année, c'est qu'entretemps, un autre interdit était tombé à l'eau avec la disparition de mon père, celui d'exister et faire exister mon histoire au grand jour par les livres.  

Ecrire est devenu pour moi un exercice et une sorte de saut dans le temps et l'espace qui me permet de sortir d'une certaine impuissance héritée  pour aller vers l'audace acquise et toujours à ranimer de l'action.  Avec celles et ceux qui me suivent, je souhaite partager ce voyage et cette expérience. C'est le sens de mon travail d'animation, de formation et d'édition dans le cadre de l'association Traces de vie.

100_2507